Galettes aux fruits des champs sans gluten et sans céréales

Pour faire suite à mon dernier article sur la surconsommation des céréales, et en particulier du blé, j’ai décidé de rédiger une série d’articles sur les options de rechange qui permettent de remplacer les céréales.

L’une des options les plus communes est certainement la farine d’amandes. Elle offre une texture légère et un goût neutre qui conviennent très bien à toutes les pâtisseries. Malheureusement, la farine d’amandes est plutôt chère, mais pour économiser, il suffit de moudre des amandes tranchées dans un mélangeur.

Les amandes tranchées sont relativement faciles  à moudre dans un mélangeur

Les amandes tranchées sont relativement faciles
à moudre dans un mélangeur

Le résultat ne sera pas aussi fin que la farine achetée, mais vos pâtisseries seront tout de même délectables.

Il restera quelques morceaux d'amandes, cela est parfaitement acceptable

Il restera quelques morceaux d’amandes, cela est parfaitement acceptable

Maintenant que la farine est prête, voici la recette:

2 1/2 tasses de farine d’amandes

1/2 c. à café de sel

1/4 tasse d’huile de coco ou de beurre

4 c. à soupe de miel

2 oeufs

1 c. à café de canelle

1 tasse de fruits des champs, frais ou surgelés

Préchauffer le four à 180 celcius.

Mélanger tous les ingrédients à l’exception des fruits des champs. Lorsque le mélange est uniforme, ajouter les fruits des champs et mélanger doucement.

Utiliser une cuiller pour former des galettes sur une plaque à biscuits.

La grosseur de vos galettes est tout simplement une question de préférence, mais n'oubliez pas qu'elles s'étenderont pendant la cuisson

La grosseur de vos galettes est tout simplement une question de préférence, mais n’oubliez pas qu’elles s’étenderont pendant la cuisson

Cuire pendant 15 à 25 minutes, selon la grosseur de vos galette et savourez!

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

 

La critique du blé et des céréales, ou bien le Wheat Belly

Une philosophie relativement récente de la nutrition gagne beaucoup de popularité auprès des Américains et des Canadiens anglais. J’ignore si le concept est reconnu dans les mileux francophones. Il s’agit de l’alimentation paléo. L’alimentation paléo consiste à éliminer toutes les céréales et à les remplacer principalement par les farines de noix ou de coco. Le fondement du raisonnement est l’idée que nos ancêtres paléolitiques qui ne cultivaient pas de céréales jouissaient d’une meilleure santé.  Moi-même, au cours de l’année, j’ai revisité la question plusieurs fois. J’ai même passé un mois sans manger aucune céréale dans le cadre de notre diète GAPS. Par contre, j’ai abandonné la pratique d’une élimination aussi stricte des céréales en faveur d’une simple réduction de leur consommation.

Je crois que nous consommons trop de céréales pour deux raisons :

1-La production accrue d’insuline causée par la consommation à grande échelle de glucides n’est pas supportée par notre mode de vie sédentaire. Lorsque l’indice glycémique d’un aliment est élevé et que le corps n’a pas besoin d’énergie supplémentaire, le glucose est converti en acide gras plutôt qu’en glycogène.

2- La culture moderne des céréales produit des espèces de blé plus difficiles à digérer pouvant causer des effets nocifs sur la santé. De plus, le farine fine qu’il est possible de moudre de nos jours expose une plus grande surface des molécules, ce qui facilite une consommation accrue et plus dense des céréales.

Les arguments en faveur des diètes paléos sont assez solides (lisez aussi cet article), mais il faut se méfier des réactions qui nous mènent à l’inverse extrême .

L’idée d’ancêtres paléolitiques est une fabrication issue de la propagande darwinienne. La Bible raconte une autre histoire. Jésus déclare qu’Il est le Pain de Vie. Il nourrit 5000 personnes en leur offrant du pain et du poisson. Dieu inclut le produit des champs dans la liste de ses groupes alimentaires (Deut. 32.13). Lorque Abraham prépare un repas pour ses visiteurs angéliques, il sert un morceau de pain avec des protéines animales.

Il est apparent qu’une approche équilibrée ne prône pas la crainte des céréales, mais plutôt une consommation responsable de celles-ci.

Les livres de recettes paléos peuvent certainement nous aider à réduire notre consommation de céréales en remplaçant la farine de blé par d’autres types de farines dans nos pâtisseries préférées. Au moment, je crois que le meilleur livre de ce genre sur le marché est le Wheat Belly Cookbook de William DavisSi vous pouvez vous le mettre sous la main, vous verrez que la motivation de cuisinier ne vous manquera pas, car ses belles photos vous mettront l’eau à la bouche.

 

Le jeûne intermittent

Mon expérience de sauter le petit déjeuner est terminée il y a longtemps, mais j’avais du mal  à penser à un sommaire digne d’intérêt. Finalement, je crois que ça y est.

Mon expérience s’est soldée par un échec pour trois raisons :

1- J’ai découvert que je ne fais pas partie de ces personnes qui n’ont pas faim le matin. Après un ou deux jours, je me sentais affamée à mon lever. En fait, je prenais mon café aussitôt que possible dans l’espoir de calmer ma faim.

2- Mon niveau d’énergie et mon bien-être général étaient affreux pendant la période d’essai (qui a duré environ 2 semaines).

3- Je n’ai perdu aucun poids au cours de l’expérience malgré le fait que j’avais faim pendant une partie de la journée. En fait, une fois je me suis même levée la nuit pour prendre une collation.

J’imagine que le fait que j’allaite un tout-petit a contribué à ces résultats.

Au cours du mois, j’ai entendu parler du jeûne intermittent à plusieurs reprises et, comme l’idée est semblable à celle de sauter le petit déjeuner, j’ai décidé de rédiger un sommaire sur le sujet en guise de conclusion à mon expérience.

Diverses versions du jeûne intermittent

Nombreux livres et auteurs proclament le jeûne intermittent comme cure à tous les maux. Ils sont généralement de l’avis commun qu’il est possible de se permettre toutes les indulgences alimentaires si l’on jeûne en revanche. Leur point de divergence concerne la façon exacte d’effectuer le jeûne. Certains (David Zinczenko, Peter Moore et Matt Goulding) recommandent de jeûner pendant 16 heures chaque jour (c’est-à-dire de consommer toutes nos calories pendant 8 heures). Cette approche est la plus commune, il s’agit simplement de sauter le petit déjeuner.

Une autre approche qui gagne de la popularité est l’approche 5:2. Dr. Dan Pompa et Michael Mosley font partie de ses adeptes. Selon cette approche, au cours de l’histoire, les humains devaient jeûner régulièrement par nécessité. Une culture d’abondance comme la nôtre est récente et néfaste pour la santé. Pour favoriser une santé optimale et perdre du poids, il est préférable de manger normalement 5 jours et de manger moins de 600 calories deux jours par semaine. Cette démarche réduirait la production de l’hormone IGF-1, ce qui permettrait le renouvellement cellulaire et réduirait la production d’insuline.

Finalement, la dernière approche dont j’ai entendu parler consiste à ne manger qu’une fois par jour, à l’heure du dîner. Les personnes qui préconisent ce type de jeûne nous rappellent que nos ancêtres chasseurs et cueilleurs vivaient ainsi et jouissaient d’une santé supérieure.

En conclusion, il n’y a pas de doute d’après moi que le jeûne peut contribuer à améliorer notre santé dans certains cas. Il est vrai que la plupart d’entres nous consommons beaucoup trop de nourriture (surtout de céréales),  mais il ne faut pas arrêter là et négliger le fait que la qualité des aliments que nous consommons importe plus que le moment auquel nous les consommons.

Manger le petit déjeuner: oui ou non?

J’ai commencé à repenser la pratique du petit déjeuner pour la première fois l’été passé. Dans le cadre de la diète d’intro à GAPS, tous les aliments typiques du petit déjeuner sont défendus. Manger du boeuf dans du bouillon avec du broccoli en se levant le matin n’est pas très attrayant pour la plupart des gens. De plus, je me suis mise à penser que les aliments qui m’étaient permis étaient ceux que consommaient la plupart des peuples traditionnels au cours de l’histoire et comme la préparation des repas leur prenait beaucoup plus de temps (ils devaient aller chasser leur animal, par exemple), ils ne mangeaient probablement pas tout de suite en se levant le matin. Et tout récemment, lorsque j’effectuais mes recherches sur la consommation du café, j’ai lu qu’en Europe, il était coutume dans plusieurs endroits de ne pas manger le petit déjeuner. Une personne commentait qu’après avoir déménagé en Amérique, elle avait commencé à manger ce repas, mais elle avait cessé en raison de certains effets néfastes sur son bien-être général. Donc, j’ai décidé d’expérimenter moi-même. Dès demain, je vais cesser de manger à mon lever; je vais simplement attendre d’avoir faim (j’imagine entre 10 et 11 h). À la fin du mois, je rédigerai un article sur les conclusions que je tirerai de l’expérience.

Pour l’instant, voici les raisons pour lesquelles il est peut-être préférable de sauter le petit déjeuner:

1- La plupart des aliments qui sont typiquement consommés pour le petit déjeuner sont malsains. Dès le lever, le corps doit augementer sa production d’insuline pour métaboliser les céréales et le sucre qui composent la plupart des petits déjeuners.

2- Il est logique d’assumer qu’à l’état naturel (sans nos aliments près à servir), l’humain ne mangerait pas dès son lever.

3- La consommation du petit déjeuner accroît la consommation calorique quotidienne, non seulement parce que nous consommons un repas de plus, mais la pratique augmente notre appétit pour le reste de la journée (peut-être en raison de la montée de notre indice glycémique).

4- Le petit déjeuner nuit à la concentration. Certaines études ont démontré qu’un jeûne d’une durée de 48 heures ne diminue pas les résultats obtenus à des tests cognitif. Par contre, de nombreuses personnes observent qu’elles sont plus alertes et productives si elles sautent le petit déjeuner.

Le café est-il bon au mauvais pour la santé?

Je souffre d’allergies et elles nuisent parfois grandement à ma qualité de vie. Par conséquent, j’apporte continuellement divers changements à ma diète afin de déterminer s’il est possible d’améliorer la situation. Je me suis souvent demandé s’il serait sage de cesser de boire mon café matinal (et bien souvent du midi). C’est pourquoi j’ai décidé de faire une petite recherche sur le sujet et de vous faire part de mes conclusions.

Raisons pour lesquelles le café est bon pour la santé :

1-Les antioxydants que l’on trouve dans le café protègent peut-être de certaines formes de cancer (sein, foie, peau), mais les résultats sont encore disputés.

2- Le café augmente la production de dopamine, ce qui diminuerait le risque de développer la maladie de Parkinson.

3- L’acide chlorogénique dans le café contribueraient à réduire les risques de diabète en diminant la charge glycémique d’un repas. Une substance antioxydante que l’on trouve dans le café pourrait également expliquer le risque réduit de souffrir de diabète chez les consommateurs de café.

4- Le café réduirait les effets amnésiques liés à la maladie d’Alzheimer (l’étude française, publiée dans le journal Neurology  d’août 2007, concernait des femmes âgées de plus de 65 ans qui consommaient 3 tasses par jour). De plus, le bienfait semblait s’accroître avec l’âge.

5- Les antioxydants dans le café réduiraient le risque de maladie cardiovasculaire chez les femmes âgées de plus de 55 ans selon une étude américaine effectuée en 2006.

6- Deux études de grande envergure (totalisant 130 000 sujets) ont conclu que même 6 tasses de café par jour n’augmentait pas le risque de mort prématurée.

7-Une étude démontrait que les femmes qui boivent 3 tasses de café par jour réduisent leur risque de dépression de 15 %. Je n’ai pas de diffficulté à le croire : les petits plaisirs de la vie permettent d’améliorer notre attitude et de voir le monde de façon plus positive.

 

Raisons pour lesquelles le café est mauvais pour la santé :

1- Le café peux causer des sautes d’humeur chez certaines personnes.

2- Le café est une drogue et certains ressentiront le besoin constant d’augmenter leur dose pour jouir de ses effets stimulants.

3- Une consommation élévée de café pourrait augmenter le taux de mauvais cholestérol dans le sang en raison de la molécule cafestrol.

4- La caféine pourrait accroître votre tension artérielle.

5- Une consommation élevée de caféine pourrait accroître le risque de fausse couche chez les femmes enceintes.

 

Conclusions:

Je l’admets, j’avais d’emblée un parti pris. En temps que mère au foyer de 5 enfants, je ne sais pas comment je pourrais me lever et trouver l’énergie d’accomplir toutes mes tâches sans mon bon café matinal. Toutefois, le café est un stimulant et il est important de ne pas en abuser. Les effets négatifs comme l’irritabilité, le manque de sommeil, les maux d’estomac et l’accélération du rythme cardiaque sont liés à une consommation trop élévée de café (plus de cinq tasses par jour). De plus, il faut faire attention à ce que l’on met dans son café. Certains cafés gourmets contiennent une grande quantité de sucre et parfois ils comptent près de 500 calories!

Autrement, le café constitue un rituel agréable qui permet au corps et à l’esprit de rester alerte. Toutefois, chaque personne métabolise le café à sa façon et pour certains, même une petite quantité causera des effets néfastes. À chacun d’apprendre à connaître son corps.

En outre, comme les antioxydants consituent un élément bénéfique important du café, il serait sage de s’assurer de consommer un café de qualité, biologique et de commerce équitable.

Fabriquez vos propres stores bateaux, deuxième version

Il y a quelque temps, j’ai rédigé un article dans lequel j’expliquais comment fabriquer des stores bateaux (Stores bateaux faits à la main). Il s’agissait là d’une immitation de stores bateaux, car ils ne comportaient aucun mécanisme, simplement deux tringles à tension. Cette version est un peu plus complexe, mais tout aussi facile! En effet, je crois que je n’aurais pas fabriqué ma première version si j’avais connu celle-ci. Le processus au complet ne prend qu’une heure et il n’exige aucune couture. Le coût des matérieaux se chiffre à un total de 30 dollars et cela comprend le tissu. L’idée provient du blog suivant: Pure of Faith.

Donc voilà:

1- Procurez-vous des stores à mini-lamelles (moins de 10 $ dans les magasins à rayons). Choisissez la taille qui correspond le mieux à votre fenêtre. Vous aurez également besoin de colle à tissu (prenez une colle de qualité supérieure) et assez de tissu pour couvrir votre fenêtre (allouez environ 10 cm de plus sur la longeur et 5 cm de plus sur la largeur).

2- Coupez votre tissu aux bonnes dimensions et pressez-le.

3- Étendez vos stores sur le revers du tissu sur grande surface de travail. Le mécanisme est situé à l’arrière des store, donc sur le dessus lorsque vous étendez les stores.

DSCF1033

4- Enlever les trois boutons au bas de vos stores et coupez l’échelle entre les deux cordes qui se trouvent sur les deux côtés et au centre des stores. Vous enlèverez complètement la corde mince sur les deux extrémités et les deux cordes du milieu.DSCF1035

5- Coupez le fil épais près de la base de façon à pouvoir la retirer.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

6- Retirez les lamelles en trop. Gardez-en de 8 à 10, car les stores bateaux comportent typiquement de 8 à 10 plis.

7- Passez le fil dans le trou de la base des stores et refaites un noeud afin de l’attacher. Espacez vos lamelle à l’oeil de façon à estimez la distance qu’il y aura entre chacune des lamelles.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

8-Collez votre tissu sur le haut et le bas de votre store.KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

9- Mesurez la distance entre vos lamelles et tracez une ligne à l’aide de la lamelle, cela servira de guide lorsque vous collerez . Pour vous assurez de tracer une ligne droite, mesurez les deux extrémités et le centre, puis tracez.

10 – Étendez la colle à tissu sur la lamelle et collez-la en suivant la ligne que vous avez tracée. Le côté courbé de la lamelle est le côté qu’il faut coller sur le tissu.

11- Répétez pour chacune des lamelles. Pas besoin de vous stresser, si la distance entre les lamelles n’est pas identique, personne ne le remarquera.KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

12- Mettez de la colle sur l’extrémité des lamelles et pliez le tissu pour le coller sur le derrière des lamelles.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

 

13- Exécutez le processus des deux côtés et vous avez terminé.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

DSCF1037

 

Voici le résultat après l’installation:

DSCF1021

Méthode de base pour un pain au levain réussi

Pour de plus amples renseignements sur l’entretien du levain, veuillez consulter mon article sur l’entretien du levain.

L’article présent a pour objet de définir une méthode de base pour la cuisson de pains au levain que l’on pourra suivre ou adapter aux diverses recettes.

Il existe de nombreuses façons de cuisiner du pain au levain. Les méthodes sont presqu’aussi diverses que les boulangers qui les exécutent! D’après moi, celle qui suit est la plus simple et la plus fiable, mais ne vous gênez pas d’expérimenter, cela fait partie du plaisir!

1- Si le levain a été nourri au cours de la semaine, simplement retirer deux cuillers à soupe du levain réfrigéré et les mettre dans un bol avec une tasse de farine et une tasse d’eau. Bien mélanger et laisser fermenter pendant 12 heures. Si votre levain n’a pas été nourri récemment, le nourrir d’abord, puis en garder deux cuillers à soupe avant de le remettre au frigo.

2-Après 12 heures, ajouter au mélange 31/2 tasses de la farine de votre choix, 175 ml d’eau et 1 cuiller à soupe de sel et bien mélanger. La pâte sera un peu collante et aura tendance à briser lorsque vous la manipulerez :

3-. Prendre un bord de la pâte avec les deux mains et le tirer en pressant avec les doigts, puis replier vers le centre. Répeter ce processus de manière à faire le tour de la masse de pâte.

4-Étirer et replier la pâte ainsi après 15 ou 30 minutes à 2 ou 3 reprises. Lorsque la pâte sera prête elle sera beaucoup plus lisse et uniforme :

5- Maintenant, il est temps de laisser reposer la pâte. Si vous aimez une miche au goût prononcé, placer la pâte au frigo et la laisser fermenter (en couvrant le bol d’une pellicule en plastique) pendant jusqu’à 24 heure. Sinon, la laisser sur le comptoir et faire fermenter entre 2 et 4 heures. Le volume de la pâte ne doublera probablement pas, cela est tout à fait naturel. Toutefois, vous verrez que son volume augmentera beaucoup pendant la cuisson. Si l’on attend que la pâte double, il est possible que la miche lève peu ou pas pendant la cuisson et le résultat final ne sera pas aussi satisfaisant.

6- Former la miche et la placer dans un moule à pain graissé ou  dans un bol recouvert de farine (s’assurer de bien couvrir la miche de farine pour qu’elle ne colle pas). Pour former la miche, étirer et replier la pâte une fois de plus, puis former une boule. La couvrir d’une pellicule de plastique et laisser fermenter de 2 à 4 heures.

7- Préchauffer le four à 220 celcius pendant 30 minutes et placer un plat rempli d’eau sur la grille inférieure ainsi qu’une plaque en grès sur la grille du centre. Après 30 minutes, retourner le bol contenant la miche au-dessus de la plaque en grès de manière à y mettre la miche et cuire pendant 35 minutes. Si la miche est dans un moule à pain, vous pouvez églament choisir de la cuire à  froid. Placer le moule à pain dans le four et régler la température à 180 celcius. Cuire pendant environ 50 minutes.